Avril 2011

Samuel Domingue : un talentueux qui ne cesse d'apprendre

(a fréquenté le programme sport-études baseball de 2004 à 2008)

Conquis par le goût de tenter la grande aventure des États-Unis, Samuel Domingue, originaire de St-Georges-de-Beauce, a accepté l'offre que lui a faite le New Mexico Junior College, localisé dans la petite ville de Hobss au Nouveau-Mexiquedu au sud des États-Unis, de poursuivre ses études et s'aligner avec l'équipe des Thunderbirds. Déjà rempli de talents au baseball, Samuel poursuivra aussi ses études lui permettant d'accéder à un collège de 4 ans l'an prochain.

Sam en est à sa première année en sol américain. Il s'est rapporté à son collège l'automne dernier et a débuté son entraînement pré-saison par, ce qu'on appelle là-bas, le «fall season» qui s'étend de août à décembre. Ainsi, son équipe saute sur le terrain 7 jours sur 7, à chaque après-midi. À ceci, s'ajoutent la musculation et la plyométrie (technique d'entraînement basé sur la répétition de gestes) le soir sur le terrain à raison de 5 fois par semaine.
Lorsque vient la saison, la direction de l'équipe a établi une routine qui ne change jamais : une pratique à chaque après-midi du lundi au jeudi avec de la musculation et de la plyométrie le soir, le vendredi et le samedi, l'équipe joue 2 doubles (4 matchs) et le dimanche est réservé aux études et travaux scolaires.
«Parlant de mon adaptation, dit-il, disons qu'une période de 2 à 3 semaines fut nécessaire pour m'habituer à la chaleur. Le seul côté un peu moins beau, c'est la "bouffe", que je trouve ordinaire, dit-il, ce qu'il y a de meilleur, ce sont les hamburgers et les hot-dogs». Mais, on survie!
 
Coté baseball, mon adaptation au bâton d'aluminium a été un peu plus longue, parce que frapper avec ces bâtons, c'est vraiment différent qu'avec des bâtons en bois». D'autre part, le joueur d'inter des Alouettes de Charlesbourg apprécie plusieurs autres aspects de son séjour au collège de New Mexico : d'abord le terrain est incroyable, le calibre est assez relevé et la température, lorsqu'habitué, est excellente. En somme, Sam trouve que c'est très agréable de jouer du baseball dans des conditions pareilles.

Sur le terrain, l'équipe va bien en général, mais elle a perdu des joueurs depuis le début de la saison. Malgré tout, les Thunderbirds s'en tirent très bien puisqu'ils sont  toujours premiers dans la conférence. Personnellement, estime «Dominguez», je pense avoir très bien joué dans la «fall season». Mais, depuis que la vraie saison est commencée, il évalue sa performance au bâton de moyenne. Après un mauvais début de saison à ce chapitre, tout semble se replacer petit à petit. Tout de même, il est satisfait puisqu'il a joué dans la plupart des matchs, soit au 2e but ou à l'arrêt-court (sa position naturelle) durant la saison en cours.

Samuel enchaîne en disant:« L'expérience de jouer dans du très haut calibre pour une école qui vit au rythme de ses équipes athlétiques lui semble très enrichissante. C'est sûr qu'être dans un milieu anglophone et apprendre l'anglais, cela constitue aussi un gros avantage. Je crois aussi que le fait jouer de façon continue et de toujours travailler sur des points à améliorer, vont m'aider à être encore meilleur avec les Alouettes cet été».

Enfin, notre beauceron d`origine, qui s'est développé entre autres au sport-études et dans des équipes d'élites, a l'intention de revenir l'an prochain au New Mexico College ou ailleurs, mais il veut revenir dans un collège américain comme celui-là à l'automne prochain.

André Roy