Octobre 2017

Les Canonniers s’entraineront sous un dôme au Stade Canac à l’automne 2017

Texte préparé par André Roy à partir des articles publiés dans les médias de la région 

Comme annoncé récemment dans les médias d’information de la région de Québec, à l’automne 2017, un dôme gonflable à l’air chaud sera installé sur le terrain de baseball du Stade municipal de Québec, lequel sera doté d’un gazon synthétique. Ce dome pourra être utilisé dès l’automne 2017 et ce jusqu’à la fin de mars 2018, il en sera ainsi à chaque année. Les activités du programme sport-études baseball se tiendront donc dans cette enceinte à compter de l’automne prochain. Ce dôme, d’une dimension de 71 mètres (230 pi,) de longueur et de largeur par un hauteur de 24 mètres (80 pieds), installé sur une nouvelle surface synthétique au stade, pourra servir aussi à d’autres activités sportives.

En début d’année scolaire, les activités de sport-études baseball, en attendant que le dôme soit monté, pourront se tenir sur le gazon synthétique, lequel, en raison de sa fabrication, évacuera plus rapidement l’eau qu’un terrain conventionnel.

dome au stade oct 2016  Dome canonniers 03  Photo Dome 101  Photo Dome 3  Photo Dome 4

   Situation actuelle au stade et projet

Actuellement sur gazon naturel, le « mythique» stade municipal de Québec, construit en 1938, avant la 2e guerre mondiale, permet, grâce à un entretien de qualité assuré par les employés de la ville de Québec, à l’équipe professionnelle des Capitales de Québec (ligue Canam) d’évoluer au grand plaisir de milliers de spectateurs partisans de leur équipe locale. De même, ce stade continuera aussi de loger l’équipe des Diamants de Québec de la ligue junior élite du Québec qui joue au stade depuis 1995. Celle-ci, qui présente un calibre de jeux très intéressant, attire son lot de spectateurs et permet à ces jeunes baseballeurs d’élite de se développer. L’utilisation de ce terrain actuel, bien qu’il soit de très bonne qualité, est conditionnée et limitée par les caprices de dame nature qui fait la «vie dure» au baseball.

Le terrain du stade n’est utilisé actuellement que 450 heures par été, ceci étant dû à l’obligation de protéger le terrain actuel fragilisé par les conditions atmosphériques difficiles. Ce terrain, s’il était doté d’une surface synthétique, permettrait :

·         à des centaines de joueurs du baseball mineur de la grande région de Québec de l’utiliser, de se développer, de s’amuser ou de compétionner dans divers tournois durant les mois d’été.

·         de réduire le temps de préparation du terrain , représentant ainsi un réduction des frais pour la ville de Québec;

·         aux Capitales d’envisager des saisons moins perturbées par les pluies dévastatrices de terrains, ce qui entraîne des frais additionnels;.

Cette surface facile d’entretien, peut défier les caprices de dame nature grâce à son système de drainage, à sa résistance, à sa facilité et à sa rapidité de préparation.

En plus de la saison estivale, ce terrain, sur lequel sera installé un dôme protecteur pour l’automne, l’hiver et le printemps, logerait les baseballeurs du programme sport-études baseball les Canonniers de Québec, lesquels s’entraînent actuellement dans deux pavillons dont l’un n’est plus utilisable en raison d’une étude récente démontrant une qualité d’air non recommandable. Et, aussi, cette enceinte se prêterait à la pratique de d’autres sports variés.

 

Stade plus utilisé

Actuellement, seuls les Capitales de Québec et les Diamants de Québec bénéficient des installations du stade de baseball datant de 1938, une utilisation limitée à environ 450 heures afin de protéger la surface naturelle fragile aux intempéries. Ces installations feraient passer son temps d’utilisation à au moins 1700 heures.

Le baseball mineur ne s’en sert pas, sauf à quelques rares exceptions. Un gazon synthétique permettrait un usage plus fréquent en plus de réduire de façon importante les coûts d’entretien.  

 

Financement, commanditaire et gestion du projet

Ce n’est pas d’hier qu’il est question de remplacer le gazon naturel du stade abritant les Capitales et les Diamants par du gazon synthétique. Le sujet est dans l’air depuis 2009.

Plusieurs mordus du baseball caressaient l’idée de cette surface synthétique depuis longtemps. Mais, par leurs intérêts reliés au baseball, messieurs Michel Lapante, président des Capitales et Jean-Philippe Roy, directeur du programme sport-études baseball Les Canonniers, ont été très actifs dans ce dossier. Entourés de plusieurs experts dans leur domaine respectif tels que Michel Salvas, Alain Lemieux, Marc-André Langevin., Guy Lagaçé, Claude Vézina, Jonathan Lachance-Lemieux,  ils ont été à l’origine de la création d’un OSBL (organisme sans but lucratif), qui s’avérait être la meilleure option pour donner suite à leur projet avec la ville de Québec.

Ingénieur, architecte, conseiller financier ont été mis à profit dans les étapes de la conception, du choix des matériaux, des coûts et du financement de ces installations …et bien sûr, des commanditaires furent sollicités.   

Évidemment, ces travaux et ces installations représentent des frais évalués à quelques millions de dollars. À prime abord, cette somme est importante. C’est pourquoi, un montage financier détaillé devint nécessaire pour prévoir et évaluer les ressources pécuniaires, les modes d’opérations administratifs et les revenus anticipés reliés à l’utilisation de ces installations visant à la bonne marche de ce centre sportif.

Après quelques démarches auprès des autorités municipales, le maire Régis Labaume s’est montré favorable à ce projet, tenant compte que ces installations favoriseraient l’essor du baseball mineur, affirmant même qu’il y aurait une économie de 70 000$ par année pour la ville en ce qui a trait aux frais d’entretien.

salvas president CBV maire labaume et verret oct 2016 monsieur laberge ert canac oct 2016  
Michel Salvas, président de CBV, Régis Labaume, maire de Québec et Steve Verret, conseiller municipal attitré aux sports et Jean Laberge, président du Groupe Canac lors de la conférence de presse du 7 octobre dernier.  

        

C’est en septembre dernier, que les promoteurs du Complexe de Baseball Victoria (CBV) ont présenté aux autorités de la ville de Québec un plan d’affaires dont un investissement qui se chiffrait à 4 millions. Le groupe trouve une partie de son financement auprès de commanditaires et la balance auprès d’institutions financières. Là, il faut mentionner l’importance d’un commanditaire majeur, soit l’entreprise CANAC, dont le président est Monsieur Jean Laberge. Sa généreuse commandite s’élèvera à 1 millions de dollars.

Les revenus de locations tels ceux des Capitales, Diamants, Sport-Études baseball et autres revenus de location des équipes du baseball mineur, tournois et autres activités sportives variées contribueront à défrayer sur un certain nombre d’années les montants financés par l’institution financière impliquée, soit la Banque Nationale.  

Ainsi, le «vieux mais beau stade» sera désormais appelé le Stade Canac. Il prendra les couleurs corporatives de cette firme bien connue dans la région de Québec et ailleurs au Québec, à la tête d’un réseau de 25 quincailleries.

 

stade canac oct 2016

La stade sera peinturé aux couleurs de Canac et sa facade affichera son logo.

 

Gestion – Opérations du Stade

Cette unité administrative appelé Complexe de Baseball Victoria (CBV) assumera la gestion et l’opération de ce complexe sportif qui demeurera la propriété de la ville de Québec. Elle administrera toutes les opérations de ce centre sur le modèle d’un organisme sans but lucratif, tels que l’établissement du gazon synthétique et du dôme gonflable, l’entretien du terrain et des installations (fait par la ville de Québec), de la réservation et de la location des terrains de baseball et de ces installations.

Cet OSBL sera composé, entre autres, d’un président, M. Michel Salvas, ex-sous-ministre provincial retraité et de deux directeurs soit monsieur Michel Laplante, président des Capitales de Québec et de monsieur Jean-Philippe Roy, directeur du programme Sport-Études Baseball Les Canonniers de Québec et de monsieur Jonathan Lachance-Lemieux (secrétaire) ainsi que trois autres directeurs, soit messieurs Claude Vézina, Marc-André Langevin et Guy Lagaçé. À noter que la ville de Québec, qui demeure propriétaire de ce stade, continuera d’assurer l’entretien du stade, de ces installations ainsi que les coûts en électricité. Toutefois, la ville prévoit économiser une somme 70,000$ par année pour l’entretien du stade, en raison de la nouvelle surface synthétique qui allège ce travail.

Présentement, les Capitales, les Diamants et le Sport-Études Baseball seront les trois plus gros utilisateurs de ces installations pour le moment. « On a confiance, avec la croissance du baseball et du softball, d’optimiser le nombre d’utilisations par jour. « On veut en faire un endroit d’excellence dans le baseball. On voit la recrudescence qu’il y a » faisait remarquer le maire de Québec. ( voir note 1 )

 

C’est parti …première pelletée de terre

Jeudi dernier, le 20 octobre avait lieu la levée de la première pelletée de terre annonçant le début des travaux le 26 octobre devant se terminer en juin 2017.  Quant au dôme, qui ne prend que 48 heures pour son installation, il devrait être disponible à l’automn 2017.

Ci-après, plusieurs personnes étant mpliquées intensément à la mise en oeuvre de ce formidable projet.

De gauche à droite se retrouvent Jean-Philippe Roy, (directeur de Sport-Études Baseball et administrateur du CBV), Guy Lagacé (ingénieur), Michel Salvas (président du CBV), Jean Laberge (Président-Directeur général du Groupe CANAC), Steeve Verret (membre du comité exécutif et responsable des sports, des loisirs et de la vie communautaire à la Ville de Québec) Jonathan Lachance-Lemieux (secrétaire du CBV), Michel Laplante (président des Capitales de Québec et administrateur du CBV), et Philippe Marcoux (chargé de projet NMP Golf Construction, spécialiste en aménagement sportif).

 

Note 1

À noter qu’en 2015, la Fédération de baseball amateur du Québec a vu son nombre de membres augmenter pour une huitième année consécutive avec une hausse d’inscriptions de 10,6 %. «La plus grande augmentation depuis les 15 dernières années, décrétait en septembre le directeur général de Baseball Québec, Maxime Lamarche. Nous avons regagné les chiffres du temps où les Expos étaient à Montréal. L’investissement de temps et d’argent dans les différents programmes de développement du sport est un autre facteur qui a influencé positivement les résultats des dernières années.»